Quels sont les effets de la pédagogie différenciée sur la réussite des élèves ? Une analyse de recherches Imprimer Envoyer
Le débat - Courants pédagogiques
Écrit par Véronique Jobin et Clermont Gauthier   
Vendredi, 01 Février 2008 00:00

Véronique Jobin et Clermont Gauthier

Quels sont les effets de la pédagogie différenciée sur la réussite des élèves ? Une analyse de recherches

Enjeux pédagogiques, n° 8, Haute École Pédagogique - BEJUNE (Berne - Jura - Neuchâtel) Suisse, 02.2008

pdf Télécharger le document

 

 

Dans plusieurs régions du monde, la pédagogie différenciée apparaît comme une solution voire une nécessité pour faire face à l'hétérogénéité dans les classes. Les responsables du système éducatif québécois, par exemple, soulignent la pertinence et même la nécessité de différencier la pédagogie pour tenir le pari de la réussite scolaire de tous les élèves, et ce, dans différents textes ministériels. Plus encore, des dispositifs comme les cycles d'apprentissage sont mis en place au Québec afin de favoriser l'application de la différenciation pédagogique.

Or, dans le domaine de l'éducation, il arrive fréquemment que des innovations pédagogiques qui ne bénéficient d'aucun appui du côté de la recherche soient implantées à grande échelle (Bissonnette, Richard et Gauthier, 2005). Qu'en est-il de la pédagogie différenciée ? Les effets de ce type de pédagogie sur la réussite des élèves ont-ils été mesurés ? À notre avis, vérifier si l'efficacité d'une modalité pédagogique a été démontrée avant d'en généraliser la mise en pratique s'avère une attitude prudente à adopter. C'est dans cette perspective que nous avons réalisé une analyse de classification des recherches portant sur l'efficacité de la pédagogie différenciée.

 

Qu'est-ce que la pédagogie différenciée ?

Clarifions d'abord ce que l'on entend par “pédagogie différenciée”. Nous avons constaté que non seulement plusieurs définitions du concept peuvent être relevées dans les écrits, mais que, de surcroît, les perspectives des auteurs sont diversifiées. Par exemple :
•   selon Forsten et collab. (2002), différencier la pédagogie, c'est connaître une variété de stratégies d'enseignement et savoir quand et avec qui les utiliser ;
•   alors que d'après Perrenoud (1995) et Convery et Coyle (1993), il semble que l'enseignant qui différencie sa pédagogie cherche à maximiser le talent de chaque élève ;
•   et que, pour sa part, Tomlinson (2004) perçoit la différenciation pédagogique comme une façon de penser, une philosophie, qui sous-entend l'adoption de certaines valeurs et attitudes.

Si nous tentons de tracer un portrait d'ensemble de la pédagogie différenciée en puisant des éléments dans les différentes définitions présentées, il est possible d'identifier quatre caractéristiques de ce type de pédagogie, à savoir :
1. L'enseignant a recours à une variété de stratégies d'enseignement ;
2. Il reconnaît les caractéristiques individuelles des élèves ;
3. Il cherche à maximiser le talent de chacun et
4. Il adopte une philosophie particulière pour enseigner. Cependant, le sens général du concept de la pédagogie différenciée nous échappe encore et ses modalités d'application également. Si bien que notre compréhension de cette pratique pédagogique s'accompagne d'un flou. Cependant, peu importe la conception adoptée, la pédagogie différenciée bénéficie-t-elle d'un appui du côté de la recherche empirique ? Cette question est au cœur de notre analyse des recherches.

Analyse des recherches portant sur l'efficacité de la pédagogie différenciée

1. Méthode de recherche

Notre analyse a été effectuée dans le but de vérifier si l'efficacité de la pédagogie différenciée a été mesurée empiriquement. Plus précisément, nous avons cherché à identifier les effets de ce type de pédagogie sur la réussite des élèves. Pour ce faire, nous avons procédé en trois étapes. Premièrement, nous avons fait une recension des études portant sur les effets de la pédagogie différenciée sur la réussite des élèves en utilisant les banques de données ERIC, FRANCIS et PsycINFO. Deuxièmement, nous avons déterminé le seuil de validité scientifique des études trouvées à l'aide du modèle des trois niveaux de recherche en éducation proposé par Ellis (2001). Il s'agit d'un modèle de classification selon lequel les recherches peuvent appartenir aux catégories “essais”, “recherches de niveau 1”, “recherches de niveau 2” ou “recherches de niveau 3”.

Troisièmement, nous nous sommes référés aux critères de scientificité du U.S. Department of Education (2003) pour examiner l'efficacité démontrée par les recherches de niveau 1, 2 et 3. Ce cadre d'analyse comporte des critères d'évaluation encore plus précis que le modèle proposé par Ellis (2001). Il permet de déterminer si les recherches en éducation présentent une preuve d'efficacité forte, une preuve d'efficacité possible ou aucune preuve d'efficacité.

2. Résultats

Dans le cadre de notre recension des études, après avoir trouvé quatre cent dix-huit documents (n = 418) portant sur la pédagogie différenciée, nous avons sélectionné cent quatre-vingt-neuf documents (n = 189) portant sur les effets de cette pratique pédagogique sur la réussite des élèves. Treize recherches empiriques (n = 13) figurent parmi ces derniers, soit huit recherches de niveau 1, une recherche de niveau 2 et quatre recherches de niveau 3. Lorsque nous avons approfondi l'étude des caractéristiques de ces treize recherches de niveau 1, 2 et 3 en examinant l'efficacité qu'elles démontrent selon les critères du U.S. Department of Education (2003), une seule d'entre elles présentait une preuve d'efficacité forte, quatre présentaient une preuve d'efficacité possible et huit ne présentaient aucune preuve d'efficacité.

3. Discussion et conclusion

Les résultats de notre étude nous ont permis de constater que peu d'effets de la pédagogie différenciée sur la réussite des élèves ont été démontrés empiriquement - seulement cinq recherches recensées (n = 5) présentent une preuve d'efficacité forte ou possible. En conséquence, nous pensons que la pédagogie différenciée bénéficie, à ce jour sur la base des études consultées, de peu d'appui du côté de la recherche et que prescrire cette modalité pédagogique à grande échelle, comme c'est le cas en ce moment dans divers systèmes éducatifs, repose sur des preuves fort limitées.

 

Le modèle des trois niveaux de recherche en éducation proposé par Ellis (2001)

 

•  Les recherches de niveau 1 sont des recherches de base, généralement de type descriptif (comme des observations sur le terrain et des études de cas), dans lesquelles les chercheurs n'ont pas recours à un groupe contrôle.

•  Les recherches de niveau 2 visent à vérifier l'efficacité de théories données à petite échelle. Les chercheurs qui mènent ce type de recherche ont recours à un groupe contrôle.

•  Les recherches de niveau 3 visent aussi à vérifier l'efficacité de théories données, mais à grande échelle. Elles se déroulent dans plusieurs écoles ou dans une commission scolaire en entier et, dans ce type de recherche, les chercheurs ont recours à des groupes contrôle.

 

 

Références

Jobin, Véronique. (2007). Pédagogie différenciée : nature, évolution et analyse des études ayant pour objet les effets de cette pratique pédagogique sur la réussite des élèves. Mémoire de maîtrise, Université Laval, Québec.

Pour plus de détails à propos des références relatives à cet article, veuillez consulter le mémoire de Véronique Jobin (2007).

 
 
Une réalisation LSG Conseil.