La lecture

Form@PEx



Temps disponible et temps nécessaire pour apprendre à lire : le défi des 35 heures Imprimer Envoyer
En pratique - La lecture
Écrit par Bruno Suchaut et Alice Bougnères   
Mercredi, 21 Janvier 2015 18:09

Source : Le Café pédagogique

Bruno Suchaut et Alice Bougnères

Unité de recherche pour le pilotage des systèmes pédagogiques (URSP) et Université de Lausanne

Temps disponible et temps nécessaire pour apprendre à lire : le défi des 35 heures

 

 

En France, un élève sur cinq connait actuellement des difficultés en lecture à l'école primaire et le niveau de compréhension des écoliers les plus faibles suit une tendance à la baisse depuis plusieurs années. C'est le bilan établi par plusieurs études nationales et internationales qui fournissent à présent des données fiables pour mesurer l'évolution des compétences des élèves. C'est par ailleurs dans les établissements relevant de l'éducation prioritaire que l'augmentation de la proportion d'élèves en difficulté est la plus flagrante (Daussin, Keskpaik, Rocher, 2011). Dans ces écoles, toutes les dimensions de la lecture sont concernées par cette dégradation, y compris les mécanismes de base, à la différence des établissements hors éducation prioritaire. Cela interroge la capacité que peut avoir l'école à fournir, à tous les élèves, les moyens d'accéder aux savoirs fondamentaux.

Ce constat, désormais bien établi, d'une dégradation de la performance globale du système et des acquis des élèves les plus fragiles est complété par celui d'un fort déterminisme précoce de la réussite scolaire. Les études de suivi de cohortes ont en effet montré que le niveau scolaire global à l'entrée à l'école élémentaire déterminait largement les performances en fin de CM2 (Suchaut, 2007). Il ne faut donc pas compter sur un rattrapage spontané des élèves ayant un faible niveau de compréhension et d'expression orales au CP au cours de la scolarité élémentaire. Au contraire, la recherche a établi que les écarts initiaux ne faisaient que s'amplifier au cours de la scolarité : ce phénomène est connu dans la littérature sous le terme « d'effet-Matthieu » (Stanovitch, 1986). Le niveau à l'entrée au CP influe d'autant plus sur la carrière des élèves qu'ils ont les acquis initiaux les plus faibles (Caille, Rosenwald, 2006). La trop forte proportion d'élèves quittant l'école élémentaire sans pouvoir comprendre un texte écrit s'explique en grande partie par le temps trop réduit qu'ils auront eu l'occasion de consacrer à l'apprentissage de la lecture. Les élèves n'apprenant pas à lire spontanément, il faut stimuler chez eux des aptitudes spécifiques (Juel, 1988). Les élèves qui ne bénéficient pas chez eux des stimulations requises doivent alors essentiellement compter sur l'école pour développer les compétences indispensables.

Le travail présenté dans ce texte vise à estimer le temps disponible à l'école et le temps nécessaire aux élèves les plus fragiles pour apprendre à lire. Les données ont été recueillies dans le cadre du projet « Lecture » conduit par l'association « Agir pour l'école » dans plusieurs centaines de classes de grande section, de CP et de CE1 depuis 2011. Une première partie est consacrée à l'identification du temps d'engagement individuel comme variable clé des progrès. Une seconde partie présente le chiffrage du temps disponible en classe pour apprendre à lire. Une troisième partie s'attache à estimer le temps nécessaire à cet apprentissage. Enfin, en guise de conclusion, des propositions concrètes seront énoncées pour que, dans le contexte actuel de l'école primaire, le temps disponible puisse être aligné sur les besoins réels des élèves.

Lire la suite...
 
7 minutes pour apprendre à lire - À la recherche du temps perdu Imprimer Envoyer
En pratique - La lecture
Écrit par Bruno Suchaut, Alice Bougnères, Adrien Bouquen   
Jeudi, 20 Mars 2014 10:12

7 minutes pour apprendre à lire

À la recherche du temps perdu

Bruno Suchaut
Unité de recherche sur le pilotage des systèmes pédagogiques (URSP)
Alice Bougnères
Institut de recherche sur l’éducation (IREDU)
Adrien Bouguen
École d’économie de Paris, Institut des Politiques Publiques (IPP)

Document de travail
03.2014

pdf Télécharger le document

 

 

Ce document se base sur l’analyse des données collectées dans le cadre d’un stage d’été destiné à des élèves de grande section de maternelle dotés de compétences orales très faibles sur le plan de la conscience phonologique. Le dispositif permet d’organiser l’enseignement en petits groupes d’environ cinq élèves, de niveaux homogènes et dont la composition peut évoluer au fil du temps selon les rythmes d’apprentissage individuels. Par ailleurs, le programme dont bénéficient les élèves tient compte des apports récents de la recherche internationale sur l’apprentissage de la lecture. La question de l’utilisation du temps d’enseignement est au centre de la problématique et les analyses montrent que les besoins en temps d’apprentissage des élèves les plus faibles ne peuvent être satisfaits dans le cadre ordinaire de la classe. En effet, le volume de temps disponible aux apprentissages, principalement celui pendant lequel l’élève est engagé sur la tâche est largement insuffisant pour permettre d’aborder l’apprentissage de la lecture dans de bonnes conditions pour tous les écoliers. En matière de politique éducative, les résultats encouragent à développer, dans les écoles, des pratiques visant à optimiser au mieux le temps d’apprentissage des élèves, cela s’avère un moyen pertinent pour lutter efficacement contre la difficulté scolaire précoce.

Lire la suite...
 
Lecture au CP : un effet-manuel considérable Imprimer Envoyer
En pratique - La lecture
Écrit par Jérôme Deauvieau (dir.)   
Vendredi, 15 Novembre 2013 17:59

Rapport de recherche

Lecture au CP : un effet-manuel considérable

Sous la responsabilité scientifique de Jérôme Deauvieau
Avec la collaboration d’Odile Espinoza et Anne-Marie Bruno

Laboratoire Printemps
UMR 8085, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines / CNRS
11.2013

pdf Télécharger le rapport

 

 

Conclusion du rapport

 

On disposait jusqu’ici de rares études réalisées dans les pays de langue française au cours des années 1990 et comparant les démarches d’enseignement de la lecture. Concluant à l’efficacité sensiblement supérieure des apprentissages qui font travailler le code graphophonologique par rapport à ceux qui ne l’enseignent pas, ces recherches sont venues confirmer les constats sur le terrain de l’impuissance des méthodes purement globales, et légitimer leur abandon.

Lire la suite...
 
L'enseignement explicite des stratégies de lecture - Des pratiques fondées sur la recherche Imprimer Envoyer
En pratique - La lecture
Écrit par Érick Falardeau et Julie-Christine Gagné   
Mardi, 21 Mai 2013 17:23

Érick Falardeau et Julie-Christine Gagné

L'enseignement explicite des stratégies de lecture

Des pratiques fondées sur la recherche

in Enjeux, n° 83, printemps/été 2012
extrait : pp 91 à 118

pdf Télécharger le document

 

Enjeux n°83

 

Il existe une longue tradition de travaux de recherche sur l'enseignement explicite de la lecture qui s'inscrit dans le courant du direct teaching. En didactique, ces travaux ont été peu traduits, notamment en ce qui concerne l'enseignement secondaire, alors qu'il en existe une pléthore dans l'univers anglo-saxon.

Le but de cet article est d'effectuer une synthèse et une adaptation de certains de ces travaux anglophones sur la théorie de l'enseignement explicite des stratégies de lecture, pour l'adapter à l'univers francophone. Il ne s'agit pas d'une synthèse exhaustive résultant d'une recension d'écrits effectuée de manière systématique. Néanmoins, ce travail nous semble pertinent pour fonder des activités d'enseignement sur des résultats de recherche probants et pour appréhender l'enseignement explicite comme une démarche dont l'efficacité en lecture a été largement documentée.

Les considérations théoriques présentées dans cet article s'inscrivent plus largement dans le cadre de notre programme de recherche et de formation des enseignants de français du secondaire-québécois, programme axé sur l'enseignement explicite des stratégies de lecture et sur le développement de pratiques d'enseignement et d'évaluation qui tiennent compte de toutes les composantes de la compétence en lecture. Pour donner un aperçu des sources théoriques sur lesquelles nous nous appuyons et de la démarche que nous avons élaborée, nous présentons d'abord brièvement les outils d'évaluation normative que nous avons créés pour le premier et le deuxième cycle du secondaire dans le but d'amener les élèves à s'autoréguler dans leur utilisation des stratégies de lecture. Par la suite, nous effectuons une synthèse des travaux recensés sur l'enseignement explicite des stratégies de lecture en présentant les fondements, les étapes et les caractéristiques essentielles de cette démarche d'enseignement. Enfin, nous fournissons quelques précisions sur l'autorégulation qui fait partie intégrante de l'enseignement explicite des stratégies de lecture.

Lire la suite...
 
Habiletés phonologiques et leur rôle dans l’apprentissage de la lecture : une revue de méta-analyse Imprimer Envoyer
En pratique - La lecture
Écrit par Françoise Appy   
Samedi, 14 Avril 2012 17:33

Résumé

Habiletés phonologiques et leur rôle dans l’apprentissage de la lecture : une revue de méta-analyse

Melby-Lervåg, M., Lyster, S-A H., & Hulme, C.

“Phonological skills and their role in learning to read: A meta-analytic review”, Psychological Bulletin, Vol. 138(2), pp 322-352
(03.2012)

Habileté

Voici un article sorti dans Psychological Bulletin, écrit par Melby-Lervåg , Lyster, & Hulme ; il fait le point sur les habiletés phonologiques en lecture à partir d’un grand nombre de données. Les conclusions confirment ce que l’on sait déjà, à savoir l’importance des habiletés phonologiques pour la lecture, tout en apportant quelques compléments d’information.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 Suivant > Fin >>

Page 3 sur 7
 
Une réalisation LSG Conseil.